“Par monts et par vaux, été comme hiver, Chris parcourt le pays avec son orgue,
apportant avec elle sa joie et sa bonne humeur qu’elle tente de communiquer à travers des chansons.
Du souffle, elle en a à revendre. De la sensibilité, tout autant.
Sa voix chaude et grave, aussi délicatement éraillée qu’un cœur blessé, tire le passant par le bras et l’entraîne cinquante ans en arrière. Quand elle arrive dans une ville, personne ne la connaît. A la fin de la journée, les marchands la réclament, les passants la connaissent et même les gens pressés gardent un petit air dans leur tête. D’un bout à l’autre de l’assistance court une même émotion, une même passion. Le soleil en pleurerait.“ La Montagne